Dimanche, dans son “State of the Word”, le cofondateur de WordPress Matt Mullenweg était fier d’annoncer qu’il avait réussi à publier un article par jour, pendant 39 jours. WordPress est née il y a tout juste 11 ans. En 2004, le Merriam-Webster’s déclarait “blog” le mot de l’année. Depuis, le Web s’est métamorphosé, WordPress est devenu bien plus qu’une plate-forme pour blogueurs, mais ces derniers sont loin d’être oubliés.

La foule pour la présentation de Matt Source : https://twitter.com/wordcampsf

La foule pour la présentation de Matt. Source : @wordcampsf

Non seulement Matt blogue encore comme au premier jour, mais tout une après-midi du WordCamp San Francisco était consacrée aux blogueuses. Pas au design ni à l’aspect technique des blogues. Ni aux trucs pour devenir une vedette des médias sociaux ou pour améliorer son ranking dans Google. Non, à l’écriture. Parce que bloguer, c’est d’abord écrire.

Faire sa marque

L’après-midi s’est ouverte avec la présentation du blogueur et conférencier professionnel Chris Lema qui parlait de l’idée de “construire sa marque sur Internet”. Pour lui, tout est une question d’effort et de constance. “There’s no way you are going to establish your voice if you write only once a year.”

Écrire sur quoi ? D’abord, écrire à qui. Il faut prendre le temps de définir notre auditoire. Le plus petit et précis possible. “Think ‘moms who have left handed children that like poetry’, not ‘moms’”. Ensuite, répondre aux questions que se pose ce public : “The key is to answer the questions your audience has. Not necessarily the deep feelings you want to share.” Ses diapos et un résumé de sa présentation sont disponibles sur son blogue.

Chris Lema. Source: @dimensionmedia

Chris Lema
Source: http://twitter.com/DavidBisset

 

Un peu plus tard, on a pu entendre Kathy Cano-Murillo, connue sous le nom de Crafty Chica. Kathy, c’est un fascinant mélange de Martha Stewart et de Oprah Winfrey auquel on aurait ajouté une couche de latino et beaucoup, beaucoup de paillettes. Le design épuré, très peu pour elle ! Kathy a lancé son site d’artisanat au début des années 2000 et accumule depuis les succès. Son secret ?

For your content, remember the WOW factor. Make them smile, sniffle, or say ‘OMG!’ Leave them wanting more. Create emotion.

Elle n’a cessé de répéter que pour réussir, il faut devenir une source d’inspiration, d’idée, de passion. Et foncer.

 

Tout ce qu’on peut faire, c’est être authentique

Quand elle a publié son premier article en 2008, Christine Harkin était convaincue que personne ne le lirait. C’était long. Elle ne parlait que d’elle, de ses angoisses. À sa grande surprise, elle a été remarquée et a depuis gagné de nombreux prix. Chris Lema aurait-il tort?

Pendant sa présentation, la professeure de littérature anglaise a exprimé clairement ce qu’on avait vu émerger des conférences précédentes : la blogueuse doit trouver sa voix.

Write the way you talk. Share what you know. Tell the truth as you know it. All with caveats!

Finalement, tout ce qu’on peut faire c’est être authentique, être soi-même.

The Bloggess et Jen Mylo. Source : @Carol_Stephen

The Bloggess et Jen Mylo. Source : Twitter.com/Carol_Stephen

Le WordCamp s’est terminé sur une entrevue qu’accordait Jenny Lawson à Jen Mylo. Jenny Lawson est reconnue comme une des blogueuses les plus influentes des États-Unis et son autobiographie Let’s Pretend This Never Happened s’est hissée à la tête du palmarès du New York Times.

Il y avait quelque chose de fascinant à voir une foule de développeurs et de designers écouter une blogueuse parler ouvertement et simplement de ses angoisses, de ses phases dépressives, de la communauté qui s’est construite autour d’elle et de son rapport aux commentaires haineux (qu’elle réécrit avant de les publier pour qu’ils deviennent élogieux !).

Elle nous a bien fait comprendre que la haine est une conséquence normale du succès : « If you make something no one hates, no one will ever love it. » Sur son bras, une phrase qu’elle se répète jour après jour et qui pourrait très bien devenir le mantra de toutes les blogueuses : “Pretend you’re good at it.”. Faites semblant que vous êtes bonne.

 

Le bras de The Bloggess. Source : @jillbinder